4436393262_e5ac5e9585

Dans mon jeune temps, j'étais une grande revendicatrice et contestatrice. Plus maintenant il me semble... Je suis plutôt "rangée" adepte des petits "combats" au quotidien je préfère exprimer mes idées d'humain à humain, ça marche souvent mieux que de longs discours... Mais en aucun cas, je n'ai perdu ma capacité à m'indigner!

Alors aujourd'hui, je m'indigne. Par ce que l'hôpital public EST en danger...

On compte chacune de nos compresses, chacune de nos heures est rentabilisée au maximum. Les soins relationnels ne sont pas "comptabilisés du moment que les injections d'antibiotiques sont faites et cochées sur les cahiers.

Aujourd'hui, quand je travaille le dimanche de nuit, pour 10 heures passées dans les murs de l'hôpital (donc la nuit du samedi ET la nuit du dimanche sinon c'est pas drôle!) je touche 30€ de plus sur ma paye, soit 3€ de l'heure! Je suis seule avec une aide soignant et 28 patients...! tout un week-end!

Si je ramène mon salaire au taux horaire, je suis payée la nuit, 10€ de l'heure. Heureusement que j'aime mon travail!! (j'ai 10 ans de diplôme)

J'inclus évidemment ici toutes les aides soignantes et les agents hospitaliers de jour et de nuit. Notamment ceux et celles qui sont restés les jours de neige pour remplacer le personnel qui n'a pas pu venir, et s'occuper ainsi des patients ET de leurs familles (bloquées elles aussi) et que l'on à pas payé aux horaires ou celles ci se reposaient car elles devaient non seulement assurer l'après-midi, mais la nuit et la matinée suivante... Si elles s'allongeaient deux heures, elles n'étaient pas payés!!!

Tout ceci, on en imagine pas l'ampleur dans les médias, on ne le dit pas assez comme ça. Et ensuite, on se plaint de ne plus avoir le personnel formé en France. .. Si on ne motive pas ses troupes, elles abandonnent la guerre.