Sur le blog de Caroline (que j'adore et je ne suis pas la seule!!!) elle parle d'évènements, qui mis a côté les uns des autres ont difficiles à hiérarchiser. C'est vrai que quand votre fille à une adaptation difficile à la crèche, ce n'est pas grave... Non c'est pas grave! elle vas finir par s'y faire. Mais quand je l'y laisse c'est un vrai déchirement mon cœur de maman est déchiré, je culpabilise. Me dis que jamais je n'aurai dû faire ce choix, jamais je n'aurai dû reprendre le travail simplement par ce que j'aime ca, simplement par ce que c'est bon pour moi ou par ce que on a besoin de moyens pour partir en vacances avec les grandes...

Quand je suis au travail et que l'une de mes précieuse progéniture a un peu de fièvre je m'inquiètes de facon démesurée... Alors que Mr M est mourant, sa femme est auprès de lui et lui tient la main, l'ambiance est paisible, mais elle ne sait pas ce qu'elle fera demain, quand il ne sera plus là. Ça fait trente ans qu'ils s'aiment, il est son miroir... Suis je un monstre quand en sortant de la chambre je téléphone a la maison pour savoir si mes petites se sont bien endormies? Je ne sais pas.

Je discute avec la fille du monsieur qui s'éteint... Elle me dit a quel point c'est dur de perdre un de ses parents même si c'est dans l'ordre des choses, le cycle de la vie. Je parle un long moment de son papa, de la vie qu'il a eu, de la relation qu'il entretenait avec son épouse, un amour de 40 ans... Et puis je parle a la pause avec mes collègues d'un recette que j'ai essayé récemment, des meringues ou des fondants, on est très gourmande, on adore manger!... je suis insensible à la souffrance de l'autre? Non bien sur.... Mais la vie continues. Elle ne s'arrête jamais quoi qu'il advienne. Une course folle....

biz a bientôt

perspective